lien vers l'accueilTémoignages

Ce qui a été dit de Michel Simon …

…car cet artiste qui pose des énigmes est une énigme lui-même et j’estime que sa grandeur vient de ce que ni lui ni aucun autre ne peut la résoudre.
(Jean Cocteau)


Droits réservés à la cinémathèque suisse …Je vais vous montrer le plus grand acteur du monde… et il projetait « La Chienne »
(Charlie Chaplin)


(à propos du film « Le Train » qu’il tourna avec Michel Simon dans le rôle de : « Papa Boule »)… …Je n’avais jamais encore rencontré un homme comme Michel Simon. Cet homme-là pénètre dans la peau de son personnage comme aucun d’entre nous ne saurait le faire.
(Burt Lancaster)


Droits réservés à la cinémathèque suisse (…) Tout le monde sait que Michel Simon adore les singes. Il avait une guenon qui s’appelait Zaza, mi-orang-outang, mi-chimpanzé, il lui achetait des robes, des sacs à mains, elle mangeait avec lui(…),elle était tordante et bien sûr très laide. Pendant les dernières répétitions de fric-frac elle est tombée gravement malade et meurt. Michel Simon a eu un véritable désespoir. Le soir des couturières, j’avais un trac fou. J’avais besoin d’un mot gentil sur mon costume ou ma coiffure. Je dis à Michel : « Comment me trouves-tu ? ». Il me regarde fixement, et d’une voix déchirante, me répond, tandis qu’on frappait les trois coups : « C’est fou ce que tu ressembles à Zaza ! ». Il y avait vraiment de quoi être optimiste ! Et, en effet, j’avais tellement envie de rire, que je n’ai plus eu le trac.
(Arletty au sujet de « Fric-Frac »)


Vous êtes exceptionnel, je dirais même unique…Ce que vous avez d’admirable en vous, cela ne peut pas s’apprendre et cela ne peut surtout pas s’enseigner.
(Sacha Guitry)


Michel Simon demeure complètement incassable et il lui faut parler de lui comme d’un phénomène.
(Pierre Brisson)


Une force, une vie, un monde ; un être comme il n’y en a pas d’autre dans le théâtre aujourd’hui.
(Gilles Sandier)


Il est aussi grand que Charlie Chaplin.
(Jean Renoir)


Ce couillon grimace tellement que je ne peux plus rien faire.
(Fernandel)

Droits réservés à la cinémathèque suisse

Si j’étais un acteur, je voudrais être Michel Simon.
(Patrick Bruel, dans un portrait chinois)


Je me souviens des soirées que je passais avec Dalio, Carmet, Michel Simon ou Brassseur. Quand on a eu vingt ans avec ces gens là on a tout à écouter. Puis j’ai eu d’autres pères avec Gabin ou Bernard Blier, une mère aussi avec Jeanne Moreau.
(Gérard Depardieu)


On ne dirige pas un tel être, on le filme comme une apparition, comme un événement perpétuel, comme un faune capricieux s’ébrouant dans l’eau tiède de la Marne par un bel après-midi de juin. Tous les grands films de Michel Simon sont des documentaires. Le Renoir de « La Chienne » et de « Boudu, sauvé des eaux », le Vigo de « l’Atalante », LE Guitry de « La Poison » et de « La vie d’un honnête homme » ne se sont jamais soucié de lui donner la moindre indication de jeu. Ils n’ont fait que cerner au plus près tel ou tel aspect de sa personnalité : la fantasmagorie lyrique, burlesque et sensuelle chez Vigo ; la souveraine innocence chez Renoir ; l’amertume malicieuse chez Guitry. Ils se sont tous émerveillés de ses humeurs faunesques ou sournoises, jubilantes monstrueuses, inspirées et toujours intempestives.
( Claude- Jean Philippe)


Le grand acteur est un grand acteur dans la proportion où il vous échappe et où, vous échappant, il correspond néanmoins à des rêves que l’on avait eus auparavant et que l’on avait pas formulés.
(Jean Renoir à propos de Michel Simon)


. …mais la raison supplémentaire qui me fit accepter « L’Ibis rouge » s’appelait…Michel Simon. C’est le comédien que j’ai le plus admiré. Pour moi le sommet. Je n’avais en fait quasiment pas de scènes à jouer avec lui, mais parce qu’il était là tout le temps, je passais des heures en sa compagnie, pendant qu Mocky cherchait son scénario. Si je place Michel Simon au premier rang de mon panthéon d’acteurs, c’est qu’il possédait à mes yeux les trois as. La trilogie magique qui fait le comédien de génie : la présence, la vérité, l’invention. Avec sa bouille et sa tignasse, il a fait croire à des personnages aussi opposés que des clochards ou des juges. Il a été grandiose dans la comédie et magnifique dans le drame. Le public a toujours compris que Michel Simon ne trichait pas. Il n’est pas un rôle qu’il n’ait habité de son cœur immense, de son être tout entier, généreux et sublime.
( Michel Serrault)


(…)Michel Simon, dans la pièce, était un grand comédien. (…) Chaque film, chaque rôle, sont pour Michel Simon le prétexte de nous émouvoir, de nous effrayer, de nous troubler, de nous faire éclater de rire.
(Jean Cocteau)


J’ai trop d’admiration pour Michel Simon pour reprendre ses rôles. Cela lui évitera de faire encore un « double jeu » et de se déplacer pur rien.
(Jean-Paul Belmondo)


Quand à moi, si j’ai eu un jour, devant les yeux, l’image même du génie, je crois bien que c’est ce jour-là, en regardant jouer Michel Simon.
(Marcel Carné)


Droits réservés à la cinémathèque suisse Michel Simon introduit une gamme changeante d’expressions et de voix tout à fait extraordinaire. Michel Simon se délecte du rôle truqué qu’on lui fait jouer.
(René Clair « La beauté du diable »)


Michel Simon était un génie. Je pense qu’il a été l’un des plus grands acteurs de ce siècle. Peut-être même le plus grand. (…) Et lorsque Michel Simon jouait, il n’y avait pas une inflexion de sa voix, une lueur de son regard, un geste, un mouvement de son corps qui n’exprimaient pas cette espèce de vérité intégrale. (…) Plus qu’un acteur de génie ; il était monstrueusement humain.
(Michel Galabru)


Michel Simon était avec Pierre Brasseur, Arletty et Gabin l’acteur que j’avais le plus envie de rencontrer. (…) Cet homme attachant, cet acteur magnifique, est mort dans l’indifférence. Sans famille, sans public. Et pourtant quel génie !
(Jean-Claude Brialy)


Les moues enfantines de Michel Simon annoncent et promettent les plus admirables grimaces du cinéma français, celles de Bruel, Caussat, Collin, Boudu, et du père Jules.
(Truffaut François)


Michel Simon est un acteur pour lequel j’ai plus que de l’admiration. Il semble qu’il soit le théâtre ou le cinéma lui-même : c’est un personnage invraisemblable. Les dons de cet homme ne sont pas croyables.
(Jean Renoir)


Michel Simon ? C’est n type merveilleux, un homme véritable. Moi dès notre première rencontre, je l’ai trouvé beau et j’en suis tombée éperdument amoureuse. C’était un dieu. Ne riez pas et n’allez pas croire que je dis ça pour épater, ou bien parce que je suis un peu dérangée. Si j’ai été folle, c’était de lui et je n’ai pas été la seule à être atteinte de cette maladie pour Michel. Je pourrais citer une vingtaine de noms. Oui, il a tourné bien de têtes.
(Lucienne Bogaert, partenaire à la scène et à la ville de Michel Simon)


Michel Simon est l’acteur né, l’acteur total, qui renie toutes les règles, repousse toutes les formules méprise tous les systèmes. (…) Nul comédien n’a su tirer de soi, c’est-à-dire de son physique, de sa démarche, de sa voix, de son apparence, autant de personnages aussi divers.
(Pierre Leprohon)


(…) Et voilà pourquoi son comique naturel se double d’une force peu commune. Il semble que Michel Simon aimante les loufoqueries. Il vit dans une atmosphère baroque. Et s’il pénètre consciencieusement et voluptueusement. Voilà pourquoi il est tout le contraire d’un pitre. Les grimaces qu’il fait sont un reflet des nôtres. Elles ne nous font rire que parce que notre vanité naturelle nous porte à ne pas les reconnaître.
(Paul Reboux)


Michel Simon constitue, au théâtre, un vivant paradoxe. Son visage irrégulier, sa silhouette dégingandée, sa voix falote, sa diction brouillonne, tout semblait l’écarter de la carrière dramatique. Pourtant Michel Simon, malgré ces obstacles, est un grand comédien. (…) Ses défauts, il les cultiva jusqu’à s’en faire une originalité.(…) On le classe parme les comiques. Quelle erreur ! On lui reproche parfois de « charger » ses personnages. Quelle hérésie ! Il est, en réalité, l’un de ces rares artistes de qui la veine satirique s’exerce de telle sorte qu’en touchant parfois à l’outrance elle en devient vengeresse.
(Marcel Hauriac)


Droits réservés à la cinémathèque suisse M. Michel Simon demeure complètement inclassable et il faut parler de lui comme d’un phénomène. (…) Enfin, tout cela reste inimitable et hors des mesures communes du comique de théâtre. Il ne nous fait jamais rire sans que ce rire ne soit mêlé d’un certain effroi.
(Pierre Brisson)


…ce veux bébé géant au torse de catcheur, à la voix de fleuriste, aux mines de prélat galant (…) cet homme est un monde. Un monde qui n’est pas le nôtre. Un royaume hors de nos frontières, où ce tyran aux allures bonnasses érige en lois sa métaphysique, sa géographie et son alchimie personnelles. (…) un homme comme la Renaissance en a prodigué, agité de problèmes, traverse de questions. Un homme d’une sensibilité jamais assoupie, d’une culture omnisciente. Un alchimiste, aussi ; un nécromant, bien sûr ; un pataphysicien…
(Georges Beaume)


(…) J’ai rarement eu l’impression que je me trouvais devant une personnalité exceptionnelle ; celui en qui j’ai deviné le mieux le monstre débordant de vis comica (ou tragica) est Michel Simon. A part cet esprit intelligent et cultivé, que d’images ternies, au fond de ma mémoire…
(Nino Frank)


Faut le voir le Michel Simon avec sa grande gueule ; es patrouillant qu’il est, tordant, tir bouchonnant et rigolboche. Comment qu’il flanque dans sa poche tous les autres avec son blave par-dessus ;c’est du billard il vous asseoit et vous en mastique une bonne fissure ; le Fernandel, il est bath aussi et chouette, bien que le Michel Simon le laisse dans les choux. Gironde l’Arletty et tout ce qu’il y a de badour et de rupinos avec sa petite margoulette en forme de tirelire. Girofle aussi l’Hélène Robert. Y a encore la môme Genia Vaury qui vous sèche un glass comme du nougat, et Genin le pouffant, et Andrex bien caché, et Marcel Vallée le rondouillard. Du bon business, Momo Lehmann. C’est gentiment gratté.
(Maurice Bessy)


(…) Oh ! sa somptueuse drôlerie de sale gosse qui a toujours l’air de faire des niches ! Oh ! son côté Charlot et son côté Laughton ! Oh ! la force comique, la phénoménale abjection de ce personnage flairant les chairs, humant la mangeaille, appelant le diable d’une voix, puis d’une autre (car Michel Simon a plusieurs voix à sa disposition, et René Clair a su jouer magistralement de cette double possibilité !) Il y a en lui du Rabelais, du Balzac, du Faust et du démon. C’est ce qu’il faut ici. Quel acteur !
(Jean-Jacques Gautier)


©copyright Brigitte CHENEVIER webmaster